L’HISTOIRE DE
démo’campus

Notre mission : démocratiser l’accès à l’enseignement supérieur et favoriser la réussite dans le parcours grâce à un programme animé par des jeunes, pour les jeunes.

Informer

Préparer

Rassurer

stimuler

Ministere_education_nationale_enseignement_superieur_recherche_France_2014_logo2-e1450350154570
en-Gironde
UBX
BDX_METRO

Aujourd’hui, le nombre de jeunes issus de milieux populaires qui poursuivent leurs études dans un cursus post-bac est particulièrement faible au regard de la moyenne nationale. Ce constat interroge sur les freins rencontrés par ces jeunes pour accéder aux études supérieures. 

Engagée depuis plus de 25 ans dans la lutte contre les inégalités éducatives, l’AFEV a développé le programme de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur DEMO’CAMPUS avec le soutien des ministères de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur, de la Préfecture de Gironde et de Bordeaux Métropole. 

Avec pour ambition de lutter contre le déterminisme social et de favoriser l’ambition scolaire et la réussite dans les parcours, nous proposons aux collégiens de la Métropole un parcours en 4 temps mêlant ateliers de réflexion, d’introspection et de découverte de l’enseignement supérieur ; rencontres et témoignages d’étudiants et de professionnels ; et immersion sur un campus.

1.

Les origines

Une politique de massification réussie, mais une diversification sociale inachevée

Depuis les années 80, la France mène une politique ambitieuse de massification de l’accès à l’enseignement supérieur avec des résultats probants. Cependant, la diversité sociale de la jeunesse n’est pas représentée dans le monde étudiant.

On constate donc que l’origine sociale des jeunes reste encore un facteur déterminant du parcours d’orientation.

0 %
DEPUIS 2012, 85% D’UNE CLASSE D’ÂGE ACCÈDE AU NIVEAU BAC
0 X
2,9 X PLUS D’ENFANTS DE CADRES QUE D’ENFANTS D’OUVRIERS ACCÈDENT À L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

2.

Démo’Campus

Qu’est-ce que c’est ?

Un programme de l’AFEV

L’AFEV est une association loi 1901 créée en août 1991 et reconnue d’intérêt général. Créée pour lutter contre les inégalités sociales et éducatives et promouvoir une société de l’engagement, l’AFEV est aujourd’hui présente sur la majorité des pôles universitaires de France. Son action phare : l’accompagnement individuel. En mettant en relation un jeune avec un étudiant à raison de 2 heures d’accompagnement hebdomadaire, cette forme de mentorat cherche à sécuriser le parcours éducatif du jeune et à le rassurer. Différents dispositifs d’actions collectives se sont progressivement ajoutés à l’accompagnement individuel, pour agir sur les périodes charnières des parcours éducatifs.

Les principaux freins à l’accès à l’enseignement supérieur :

L’environnement de l’enseignement supérieur est dense et complexe. Pour s’y retrouver dans la multitude de formations proposées et leurs voies d’accès, le soutien et les conseilles de proches (parents, familles, amis, etc.) ayant eux-même été étudiants n’est pas négligeable. Or, certains jeunes ne bénéficient pas de ces personnes/soutiens dans leur entourage.

Les jeunes n’ont pas tous la même aptitude à développer et nourrir leur ambition scolaire. Souffrant d’un manque d’estime de soi, qui parfois peut faire écho à la parole d’un proche ou d’un enseignant, trop de jeunes font encore un choix d’orientation par défaut. Convaincu de ne pas avoir les capacités d’autre chose, ils ne s’autorisent parfois même pas à y songer.

Un enfant se construit en s’appuyant sur les repères et les exemples qu’il a autour de lui. Par mimétisme ou par loyauté sociale, les choix d’orientations sont souvent influencés par les parcours des proches ou de personnes gravitant autour du jeune.

Bien que l’enseignement public soit gratuit, entreprendre des études supérieures a nécessairement un coût. Il faut se loger, se nourrir, se déplacer, etc. Cela, sans compter que certaines professions ne sont accessibles que via une formations relevant du privé, et dont le tarif est généralement onéreux. Cependant, les familles pour qui il n’est pas envisageable d’assumer la prise en charge financière des études de leur enfant, ne sont pas toujours bien informées des solutions et des dispositifs d’aide existant.

Pour certains jeunes, le choix d’orientation représente une pression colossale, parfois accentuée/renforcée par la famille et les enseignants. Perdus devant la myriade de filières, de diplôme et d’options envisageables, certains jeunes sont paralysés à l’idée de devoir faire un choix, et de risquer de “se tromper”. Ils se raccrochent alors à la première idée qu’ils trouvent, rassurés d’avoir une réponse à la fameuse question : “Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ?”.

0 %
Des jeunes n'ont pas dans leur entourage quelqu'un ayant fait des études supérieures, ou ne le savent pas.

Source : AFEV – Questionnaire bilan Démo’Campus 2018/2019 et 2019/2020 sur la Métropole Bordelaise

0 %
Des élèves de 3ème ne savent pas en quoi consiste la réforme du lycée, 40% d'entre eux n'en ont jamais entendu parler.

Source : AFEV – Questionnaire bilan Démo’Campus 2018/2019 et 2019/2020 sur la Métropole Bordelaise

À l'échelle nationale :

0
bénévoles
0
Volontaires en service civique
0
Salariés
0
Pôles

À Bordeaux

0
bénévoles
0
Volontaires en service civique
0
Salariés
0
Villes

Nos objectifs

  • Lutter contre les inégalités liées à l’environnement socio-familial et au phénomène de déterminisme social
  • Favoriser l’ambition scolaire des jeunes collégiens/lycéens issus des territoires prioritaires
  • Lever les freins à l’accès de tous les jeunes aux formations de l’enseignement supérieur
  • Favoriser la construction d’un choix d’orientation libre, éclairé et émancipé
  • Impliquer positivement les familles dans le parcours d’orientation des jeunes en leur apportant des clefs de compréhension des stratégies d’orientation

Ils nous soutiennent : 

prefecture-gironde
PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com